L’éducation thérapeutique du patient a pour but de former les patients à l’autogestion, à l’adaptation du traitement à leur propre maladie chronique, et à leur permettre de faire face au suivi quotidien.
Elle contribue également à réduire les coûts des soins de longue durée pour les patients et la société.
Elle est essentielle pour une autogestion efficace et pour la qualité des soins des maladies de longue durée, même si les patients souffrant de maladies aiguës ne doivent pas en être exclus. L’éducation thérapeutique du patient doit être réalisée par des soignants formés à l’éducation du patient, et doit être conçue pour permettre au patient (ou à un groupe de patients et aux familles) de gérer le traitement de leur maladie et de prévenir les complications, tout en maintenant ou en améliorant leur qualité de vie. Son but principal est de produire un effet thérapeutique complémentaire à ceux de toutes les autres interventions (pharmacologiques, kinésithérapie, etc.).

L’éducation thérapeutique du patient devrait permettre aux patients d’acquérir et de conserver les capacités et compétences qui les aide à vivre de manière optimale leur vie avec leur malade. Il s’agit, par conséquent, d’un processus permanent, intégré dans les soins, et centré sur le patient.
L’éducation implique des activités organisées de sensibilisation, d’information, d’apprentissage de l’autogestion et de soutien psychologique concernant la maladie, le traitement prescrit, les soins, le cadre hospitalier et de soins, les informations organisationnelles, et les comportements de santé et de maladie. Elle vise à aider les patients et leurs familles à comprendre la maladie et le traitement, coopérer avec les soignants, vivre plus sainement et maintenir ou améliorer leur qualité de vie.

L’éducation thérapeutique du patient est un processus d’apprentissage systémique, centré sur le patient. Elle prend en considération :

  • Les processus d’adaptation du patient (coping), son « lieu de maîtrise de sa santé » (Health Locus of Control), ses croyances, ses représentations de santé);
  • les besoins subjectifs et objectifs des patients, qu’ils soient ou non exprimés. Elle fait partie intégrante du traitement et de la prise en charge.

Elle concerne la vie quotidienne et l’environnement psychosocial du patient, et elle implique autant que possible les familles, les proches et les amis du patient.
C’est un processus permanent, qui doit être adapté à l’évolution de la maladie et au mode de vie du patient ; elle fait partie de la prise en charge à long terme.
Elle doit être structurée, organisée, réalisée par divers moyens éducatifs.
Elle est multiprofessionnelle, interdisciplinaire et intersectorielle et inclut le travail en réseau.
Elle inclut une évaluation du processus d’apprentissage et de ses effets. Elle est réalisée par des soignants formés à l’éducation du patient.